You are browsing the archive for EPFL.

Avatar of Remy

by Remy

Les EPF suisses bien cotées

16 octobre 2011 in Non classé

La suisse figure parmi le peloton de tête dans la classification des universités techniques mondiales.
Le récent classement du World University Ranking classe en effet dans la rubrique Engineering and technology, l’EPF de Zurich au 9è rang et l’EPFL au 20è, devant les japonais, entre autres.

Il n’y a que des américaines et des anglaises devant Zurich et Singapour en plus devant Lausanne. Les français et les allemands sont … derrière.

C'est bien ? Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • email
Avatar of Goulu

by Goulu

« Disparition Programmée » au musée Bolo

15 octobre 2011 in Non classé

Philippe Gillet, Vice-Président pour les affaires académiques de l’EPFL,

Yves Bolognini, Fondateur du Musée Bolo et Président de la Fondation Mémoires Informatiques

ont l’honneur de vous inviter au Vernissage de l’exposition

Disparition Programmée

Mercredi 9 novembre 2011

Forum Rolex, Rolex Learning Center, EPFL17 h 30 Read the rest of this entry →

C'est bien ? Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • email
Avatar of Goulu

by Goulu

Fête de l’informatique rétro à l’EPFL

10 mars 2011 in Non classé

Le 25 mars prochain, l’association des amis du Bolo’s Computer Museum fête ses 10 ans. Et pour l’occasion, ces férus de l’informatique vous invitent à partager avec eux leur passion pour les jeux vidéo rétro, les vieilles bécanes de compète comme le Commodore 64 et autres Macintosh Spartacus, le tout dans un tournoi débridé de Pong en regardant de vieilles pubs informatiques et en écoutant la conférence d’Olivier Glassey sur le thème « informatique et société : histoire commune et influences mutuelles ». Ça commence à 20h30 au Polydôme de l’EPFL et ça dure jusqu’à minuit en compagnie d’un disc-jockey et d’un bar.

(honteusement copié de nouvo.ch)

C'est bien ? Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • email
Avatar of Goulu

by Goulu

Microscope à force atomique par Sandor Kasas

28 octobre 2009 in Non classé

Excellente présentation vendredi passé au Microclub [1] par Sandor Kasas, du Laboratoire de Physique de la Matière Vivante (LPMV) de l’EPFL. Il nous a expliqué comment les microscopes à force atomique permettent d’observer, de filmer voire de palper les « briques de la vie » (protéines, enzymes, ADN) en plein action.

Il a commencé par nous expliquer comment fonctionne un microscope à force atomique, AFM pour les intimes. C’est une évolution du microscope à effet tunnel (STM) inventé (en Suisse) en 1981 par Gerd Binnig et Heinrich Rohrer. Ils ont obtenu pour ça le prix Nobel 5 ans plus tard seulement (un record récemment battu par Obama).

Le principe du STM consiste à promener une pointe ultra fine au dessus d’une surface à observer, et à mesurer le « courant tunnel » produit par les électrons passant de l’échantillon à la pointe, ce qui permet de mesurer la distance entre les deux et de produire des images avec une résolution sub atomique. Plus fort encore : en appliquant une plus forte tension entre la pointe et l’échantillon, on parvient à coller un atome à la pointe, puis aller le déposer à un endroit précis, pour réaliser des choses incroyables comme celle-ci:

cercle de 48 atomes de fer déposés sur du cuivre. Diamètre = 14 nanomètres. les vagues au centre sont produites par la superposition des fonctions donde des atomes, preuve que la mécanique quantique nexiste pas que dans les livres.
cercle de 48 atomes de fer déposés sur du cuivre chez IBM. Diamètre = 14 nanomètres. les vagues au centre sont produites par la superposition des fonctions d’onde des atomes, preuve que la mécanique quantique n’existe pas que dans les livres.

Le STM souffre toutefois de quelques limitations: il ne fonctionne que dans un vide très poussé, avec des échantillons conducteurs d’électricité refroidis bien en dessous de 0°C.

 

AFMtip
poutre flexible de microscope à force atomique, et sa pointe

Ces inconvénients n’existe pas avec l’AFM, qui « palpe » la surface en mesurant avec un laser la nanométrique flexion  d’une minuscule poutre portant la pointe, sous l’effet combiné des forces  de Van der Waals (attractive) et électrostatique (répulsive). Avec un AFM, on peut observer des échantillons dans l’eau, à température ambiante. On peut observer de la matière vivante !

Sandor Kasas nous a ainsi montré de spectaculaires images de brins d’ADN  comme celle-ci, qui sera expliquée en détail plus bas:

ADN+topoisomerase II
image LVPM-EPFL

Mieux encore : on arrive à  appliquer des forces très précises sur l’échantillon, en appuyant les quelques atomes de l’extrémité de la pointe dessus.  Après avoir déposé  des microtubules sur un substrat percé, l’équipe du LPMV est ainsi parvenue à mesurer les modules d’élasticité et de cisaillement de ces constituants de la paroi cellulaire [2]!

MTflex
ADN Topoisomérase II (image : Wikipedia)

Plus fort encore : l’AFM permet de mesurer la force avec laquelle des protéines se lient entre elles, et de mieux comprendre des phénomènes biochimiques inaccessibles jusqu’ici. Sandor Kasas nous a ainsi présenté une étude sur le « complexe snare » , la membrane cellulaire du bout des axones où les neurotransmetteurs sont libérés pour transmettre l’influx nerveux entre les neurones. En mesurant les forces d’adhésion entre les protéines syntaxin 1 (sx1), SNAP-25 (S25) et VAMP 2 (V2), les chercheurs sont parvenus à  comprendre comment elles étaient agencées et comment  la toxine du tetanos (TeTx) perturbe le fonctionnement de ces protéines. [3] Wow !

Mais la recherche qui m’a le plus excité est celle qui a produit les images d’ADN plus haut. L’ADN est une très longue molécule : chacune de nos cellules en contient environ 1 mètre, super enroulée en une minuscule pelote, ce qui cause inévitablement des noeuds. Mais des « têtes de lecture » se promènent le long des brins d’ADN pour les décoder ou les répliquer, et les noeuds risquent de bloquer ce mécanisme vital.

Heureusement, il y a la topoisomérase II. C’est la présence de cette enzyme qui permet à la pelote de la première photo de se dénouer complètement en un petit quart d’heure. On n’est pas encore certains de comment elle fait, mais les chercheurs du LPMV aimeraient bien poursuivre leurs travaux [4] et prouver qu’elle triche en coupant un brin et en le raccommodant après avoir croisé l’autre! Un éviteur d’axe biologique ! incroyable, non ?

TopoIICette présentation fait partie des 10 meilleures auxquelles j’aie assisté, toutes catégories confondues. Merveilleusement multidisciplinaire, on naviguait en toute confiance entre mécanique quantique et biologie, entre chimie, optique et dynamique. Un régal. Merci Dr. Kasas !

Références:

  1. S Kasas, « Presentation Microclub 2009″, (pdf des slides avec encore plus d’images)
  2. A Yersin et al « Interactions between synaptic vesicle fusion proteins explored by atomic force microscopy« , Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), July 22, 2003 vol. 100 no. 15, p 8736-8741
  3. A. Kis, S. Kasas et al « Nanomechanics of Microtubules », Physical Review Letter, 2002, Vol. 89, Nr 24
  4. Erika Ercolini « Scaling Properties of DNA Knots Studied by Atomic Force Microscopy », EPFL Thèse No 4041, 2008
C'est bien ? Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • email
Avatar of Goulu

by Goulu

Festival de robotique

4 mai 2009 in Non classé

Samedi 16 mai 2009 à l’EPFL

L'affiche officielle. Cliquez dessus pour l'agrandir

Les nouveautés de cette année sont multiples :

  • plus de 1500 places d’atelier pour les jeunes, avec la moitié des places réservables par internet
  • plus de 700 robots pour les visiteurs et visiteuses, soit à emporter, programmer ou simplement voir fonctionner
  • une vingtaine d’expositions de robots par des écoles, clubs, associations et entreprises
  • des concours de robots spectaculaires et uniques au monde
  • le même jour, possibilité de visiter les portes ouvertes de l’université de Lausanne, Les Mystères de l’UNIL

En résumé, une journée unique, riche en émotions et en opportunités d’en apprendre plus sur la robotique et la technologie en général.

Important: il est fortement conseillé de se rendre sur le site EPFL par les transports public (M1, bus 33) à cause des évènements combinés de l’EPFL (festival) et de l’UNIL (portes ouvertes) en cette journée.

Programme

Présentations :

  • 9:30 – 10:30 Introduction à la robotique mobile, par Francesco Mondada
  • 10:45 – 11:45 La robotique dans les travaux de maturité, par Ludovic Barman, Antoine Albertelli, Pierre Grydbeck, Daniel et Jean-Claude Besse

Concours :

  • 13:00 – 15:00 Robots à hydrogène, concours réalisé avec le soutien financier du « Fond communal pour l’utilisation rationnelle de l’électricité et la promotion des énergies renouvelables » des services industriels de la ville de Lausanne.
  • 15:30 – 17:00 Le « triathlon » robotique ! Robopoly = des étudiant·e·s + leurs robots, en particulier le kit PRisme (développé par le club depuis sa création). Le Grand Concours se sont ces robots qui s’affrontent sur une piste effrénée et lors d’un challenge enflammé.

Expositions : En continu de 9 heures à 18 heures

Ateliers : De 9 heures à 18 heures selon les horaires de chaque atelier

plus d’infos et inscriptions sur http://festivalrobotique.epfl.ch/

C'est bien ? Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • email
Avatar of Goulu

by Goulu

Aseba, c'est cool !

23 février 2009 in Non classé

Suite à la présentation d’Aseba par Stéphane Magnenat, je me suis attaqué à la programmation d’un robot mobile pour le « Challenge ». Voici le résultat d’un duel de deux exemplaires partageant le même code:

Si vous voulez vous y mettre et tenter de battre mon robot :

  1. téléchargez Aseba et la doc en français
  2. lancez asebachallenge et créez 2 robots : un « Goulu » et un pour vous
  3. lancez asebastudio.exe, connectez vous au port 33333 (par défaut), coupez/collez mon code ci-dessous et cliquez [Charger] puis [Executer] : mon robot démarre. fermez asebastudio
  4. relancez asebastudio.exe, connectez vous au port 33334 et programmez votre robot. Si vous battez le mien, mettez votre code dans un commentaire, ça m’intéresse ;-)
var gains_R[3]=1,0,-1
var gains_B[3]=-1,0,1
var speed=0
var turn=0
var turn_R=0
var turn_B=0
var mode=1
onevent timer
    if mode==1 then #forward
        speed=(camB[1]-camR[1])/5
        call math.dot(turn_R,camR,gains_R,3)
        call math.dot(turn_B,camB,gains_B,3)
        turn=turn_R+turn_B
        leftSpeed=speed+turn
        rightSpeed=speed-turn
        if leftSpeed<2 and rightSpeed<2 then
            mode=2
            colorB=255 #follow me
            colorR=0
            colorG=0
        end
    elseif mode==2 then #rotate
        leftSpeed=-max_speed/3
        rightSpeed=-max_speed
        speed=(camB[1]-camR[1])/8
        if speed>5 then
            mode=1
            colorB=0
            colorR=255 #avoid me
            colorG=0
        end
    end

Pour rappel et pour publicité j’ai traduit en français la description d’Aseba figurant sur la page de l’EPFL :

Aseba est une architecture basée « événements » pour la commande distribuée des robots mobiles. Il cible les robots intégrant plusieurs processeurs, ou des groupes d’appareils mono-processeurs pour autant qu’il communiquent par un réseau. Le coeur d’Aseba est une machine virtuelle légère, assez petite pour tourner sur un microcontrôleur. En Aseba, on écrit les comportements du robot dans un langage de script. Ceci se fait dans un environnement de développement tournant sur un PC. L’environnement permet de compiler, déployer et déboguer les comportements en temps réel. Aseba s’applique dans plusieurs contextes:

  • Dans des robots à multiples microcontrôleurs, Aseba permet de tirer parti de la puissance des microcontrôleurs pour atteindre une modularité hardware, une faible latence entre perception, et une utilisation économique de la bande passante du bus. De plus, son langage facile à comprendre permet l’écriture rapide de comportements du robot (article IROS 2007).
  • En robotique collective, Aseba accélère le processus de développement en permettant des modifications instantanées du code ainsi que le déboguage en parallèle de tous les robots (article SIMPAR 2008).
  • Dans l’éducation, la facilité d’apprentissage du langage Aseba, son environnement de programmation user-friendly , et le plaisir de faire bouger un robot apportent une approche originale à l’enseigement et à l’apprentissage de la programmation  (article FNG 2008).

Aseba est « open source » et tout le monde peut l’utiliser et le modifier gratuitement tant que l’on respecte la licence  (GNU General Public License version 3).

Pour en savoir plus sur Aseba, regardez la presentation ou lisez les articles sus-mentionnés.

Pour ceux qui ne l’auraient pas vue, voici une vidéo assez spectaculaire du « robot bibliothécaire » en cours de développement dans ce labo :

C'est bien ? Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • email

Festival de robotique – photos de Michel Vonlanthen

18 janvier 2009 in Non classé

Michel Vonlanthen a (enfin!) publié ses photos lors du festival de robotique 2008 de l’EPFL. Elles sont visibles en commençant ici: http://i0.wp.com/www.hb9afo.ch/blog/20080419_epfl_festival%20robotique/robotique.gif

Et ensuite, le chargement de la suivante se fait en diaporama. Elle sont représentatives de l’ensemble de la manifestation, qui avait eu un succès mérité. Merci Michel pour ces vues!  Et un conseil en passant: utilise plutôt Jalbum pour créer tes albums WEB… il fait tout: imagettes, réduction, mise en page, navigation, skin, etc, etc!

Yves Masur

C'est bien ? Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • email