CNC GRBL

Les imprimantes 3D se sont démocratisées ces dernières années. Une grande partie des modèles « amateurs » sont basées sur des cartes à micro contrôleur Arduino. Les firmewares utilisés interprètent un protocole de commande très proche du code G utilisé pour les machines d’usinage à commandes numériques appelées CNC.

Il n’y a donc qu’un pas à faire pour utiliser ce même hardware et pouvoir piloter une machine 3 axes et en faire une fraiseuse numérique par exemple ou une graveuse (découpeuse) laser.

C’est ce qui a été développé par la communauté et donné naissance au firmware GRBL. J’utilise depuis une année la version 0.9j et maintenant la version 1.1 est disponible pour des cartes à micro contrôleur Atmega328 ou Atmega2560 type Arduino.

Comme pour les imprimantes 3D il faut encore ajouter des contrôleurs de moteurs. Le hardware utilisé est le même que pour les imprimantes 3D. Pour les cartes Mega2560, j’ai utilisé la fameuse RAMPS 1.4. Pour la fraiseuse, j’utilise la plus petite carte CNC shield, voir ci-dessous.

CNC-V3-1

Il faut encore de la mécanique 3 axes. Pour ma part j’ai hésité longtemps à fabriquer mon propre assemblage, mais lorque j’ai vu le prix du système ci-dessous, j’en ai fait l’acquisition; il s’agit du modèle Sable CNC 2015 . J’en suis très content. On trouve également la broche avec un moteur DC.

CNC

Voilà, le hardware est assemblé, le câblage réalisé, il faut encore un logiciel pour envoyer les commandes « code G » pour piloter la machine. Pour cela j’ai utilisé Universal G code Sender, un logiciel simple mais efficace; il y a aussi cette version dite « classic ».

GCodeSender version PlateForm
GCodeSender version PlateForm

Plus tard, une fois bien familiarisé avec la machine, j’ai utilisé le logiciel bCNC, un logiciel bien abouti. Il permet également de calibrer le plan XY par palpage matriciel. Etant écrit en Python, je vous conseille d’installer la version 2.7 de Python ainsi que le plugin seriel pour Python.

bCNC, un magnifique logiciel !
bCNC, un magnifique logiciel !

Ce logiciel permet de fraiser par contourage des circuits imprimés. Je l’utilise avec des fichiers importés directement depuis le logiciel CAO de Target.

En conclusion, je n’ai pas encore tout découvert, mais cette évolution des CNC’s pour des amateurs devient très intéressante. Merci à Gaël pour ses précieux essais.

 

Laurent Francey (1/2017)

Spectre lumineux de lampes de technologies différentes

Lors d’une d’une conférence « microprojets », je vous avais présenté 4 technologies différentes d’ampoules d’éclairage. Je m’étais concentré sur la consommation d’énergie.

Plusieurs membres du club m’avaient alors émis quelques doutes sur la qualité d’éclairage notamment sur la nocivité lumineuse de certaines technologies.

J’ai donc effectué des mesures de spectres des 3 technologies utilisées actuellement. J’ai utilisé un spectromètre d’ocean optique qui m’a été mis à disposition par la société GMP SA.  Ce spectromètre nous des valeurs comprises entre 200 et 1100 nm, sachant que le domaine visible est compris entre 380 et 750 nm.

Voici donc les résultats :

1 Ampoule halogène

Halogenep

SpectreHal

Ce spectre présente une courbe régulière avec une forte proportion de rouge. La lampe émet beaucoup de chaleur (rayonnement infrarouge = IR).
Le spectre d’une ampoule incandescente classique est similaire, avec un décalage un peu plus marqué vers le rouge.

On voit aussi qu’il n’y a pas d’émission d’UV.

 

2 Lampe économique (fluo compacte)

EcoP

SpectreFluo

On remarque que le spectre est peu homogène et montre des pics qui correspondent à l’émission des atomes de mercure lors des décharges lumineuses.

 

3 Lampe LED

LED blanc-chaudp

SpectreLED

Spectre d’une lampe LED avec une température de couleur de 2700°K. On remarque qu’il n’y a pas ou peu d’infra-rouge donc pas de dégagement de chaleur.

 

Laurent Francey  24 avril 2016