août 19

Décharge mobile: Samsung et I-Phone

Test de décharge de la batterie

Comme j’ai l’occasion d’avoir en privé un Samsung Note 3 et en professionnel un I-Phone 4, j’ai testé leur décharge respective au cours du temps sur 3 jours, lors d’une fin d’une semaine de vacances… pluvieuse.

samsung-galaxy-note-3-4 apple-iphone4s

Le réglage était similaire, à savoir: aucun bouffeur d’énergie actif tels que Géopositionnement / Wi-Fi / BlueTooth / NFC. Seul, le GSM était activé. Leur position était la même, à savoir sur mon bureau à la maison, où le réseau 3G (Swisscom) est représenté avec une force de 4/5, plutôt favorable. En effet, plus un mobile cherche du réseau, plus il consomme.

Il faut savoir que le Samsung Note 3 est plus ancien que l’I-Phone 4; je l’ai acheté d’occasion en mai 2014. Il a donc 15 mois d’utilisation. Il comporte par compte plus de programmes: bancaire, CFF, lecteur QR Codes, Facebook, LinkedIn (ça ne sert à rien, mais bon…) process manager, WhatsApp,  etc. Tous ces programmes, même dormants, prennent un chouïa de temps CPU, donc d’énergie. Par contre, il ne peuvent se connecter en arrière plan que si le Wi-Fi est actif. Il a l’Androïd 5.0.

L’I-Phone 4 étant un appareil à usage professionnel, il n’a aucun programme ajouté: je ne prend aucun risque de le rendre instable, alors que je doit pouvoir répondre sans faille lorsque je suis de service. Si des services internet sont utilisés comme l’email, le calendrier, ce n’est que sur activation du programme que la communication est enclenchée. il m’a été délivré en juin 2015, mais date sûrement de octobre 2014.

Il a la version 7.1.1 de IOS (l’actuelle est la 8.4.1, mais des bugs fragilisent le calendrier)

Méthode de mesure

Les deux appareils sont chargés. Ou presque: le Samsung n’était pas connecté au chargeur au moment du démarrage; ce qu’il fait qu’il part à 95% de la charge. Je m’attendais à le voir consommer plus rapidement que l’I-Phone, car je l’utilise souvent avec le Wi-Fi, ou le BlueTooth dans la voiture, et sa décharge est dans ce cas assez rapide. J’ai reçu aussi 2 courts téléphones, le 14.8. vers 16h30. De moins de 3 minutes, ils sont sans grand effet visible.

Comparaison n’est pas raison

Toutefois, l’utilisateur regarde le résultat final.La mesure (échantillonnage) n’est pas régulière, d’où la nécessité d’une colonne d’heures cumulées. Voici le tableau de relevés. Les colonnes d%/H, à droite du pourcent d’alimentation restante affiché lors de la mesure, est le calcul en delta pourcents par heure.

tableau

Et la courbe correspondante: axe vertical: % de batterie indiqué; horizontal: temps en heures.

courbe_decharge

Contrairement à ce que j’imaginais, c’est le Note 3 qui dépense le moins d’énergie. Après une douzaine d’heures, les courbes se croisent; le handicap du Samsung est rattrapé. Les courbes des deux ne sont pas régulière. En voici le détail. On dirait que la décharge de l’I-Phone s’accélère à la fin. Il est probable que ces indication en % ne sont pas si précises. Souvent, le Samsung baisse de 0.5% par heure; mais a un pic à 1.5%/heure

courbe_delta

Il est clair que la baisse de 2 pourcents entre deux mesures manque singulièrement de précision; on peut être à la limite du changement et laisser l’éclairage de l’écran actif plus longtemps aurait changé la valeur à ce moment. Les courbes de décharge sont cependant univoque: aucune ne « remonte ».

Recharge

Après la dernière mesure, comme je me rendais le lendemain au travail si possible avec des mobiles chargés, je les ais reconnectés à leurs chargeurs respectifs. Après une heure, l’état était:

Samsung Note 3: 99%
I-Phone 4S: 85%

Là encore, le Note 3 se montre un peu plus performant. Pour vérifier ceci sur la durée, il faut refaire le test d’ici 2-3 ans…

Yves Masur (8/2015)

C'est bien ? Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • email

juin 13

Microclub était à Lemanmake

L’équipe du Microclub vous remercie pour votre visite au Lemanmake.

microclub a lemanmake_lr

Comme annoncé durant le festival, et pour les curieux de l’impression 3D qui désirent apprendre à dessiner des premières pièces, une présentation de Design_Spark_Mechanical aura lieu: le 3 juillet 2015 à 17:30 à l’EPFL – DIT local de conférence Av. Piccard. Suite au manque d’inscriptions, la date de la présentation est reportée après les vacances d’été. Veuillez confirmer votre intérêt  par courriel à info@microclub.ch, nous vous aviserons de la nouvelle date.

 

C'est bien ? Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • email

juin 10

Outils web pour le développement collaboratif

Chose promise, chose due voici les slides de ma présentation sur

  1. https://git-scm.com/ Git : LE gestionnaire de révision
  2. https://github.com/ : LE site de dev. collaboratif
  3. https://travis-ci.org/  : test automatisé
  4. https://coveralls.io/ : couverture de code
  5. https://readthedocs.org/ : génération de documentation
  6. https://pypi.python.org : distribution / installation Python

Et vive WordPress qui sait intégrer une présentation SlideShare tout seul !

C'est bien ? Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • email

mai 21

Trouver l’emplacement du fichier de sortie *.hex dans Arduino

J’ai développé un logiciel avec l’environnement Arduino.

Je désire mettre ce logiciel dans un hardware personnalisé donc pas sur une carte Arduino.

Comment trouver l’emplacement où se trouve le fichier hex compilé ?

Voici la marche à suivre :

1 Ouvrir l’environnement Arduino, sous l’onglet « fichier » sélectionner l’option « Préférences » :

Préférences

2 Cocher l’option « compilation » :

Coche

 

3 Compiler le logiciel. Dans la fenêtre de sortie, repérer le répertoire du fichier hex :

OUT

Ensuite, vous pouvez utiliser votre programmateur et transférer le logiciel dans votre carte personnalisée !

 

 

C'est bien ? Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • email

mai 18

Main robotique pouvant coder le LPC

Idée…

A l’heure actuelle, il n’y a à ma connaissance aucun robot qui code du LPC. Idée… pourquoi ne pas en faire un? Une recherche sur le WEB montre qu’il y a bien des mains préfabriquées. En bois, en PLA, en métal. Même certaines peuvent être imprimées en 3D, dans la même matière que les LEGOs (réf. 1, 2, 3). Aucune ne peut écarter l’index des autres doigts ; souvent le pouce est seulement opposable. En définitive, il me faut construire une main simple, mais suffisante pour coder.

Montage

Dans mon garage, j’essaie de réunir les éléments. Les doigts seront en tube électrique ; les articulations en époxy (matière des circuits imprimés électroniques). Cette mécanique doit être précise : les découpages et les perçages sont réalisés à la fraiseuse. Pour simplifier, les doigts n’auront que deux phalanges.

601 doigt planQuelques voyages à la quincaillerie de Vevey pour y acheter des vis, tarauds, tubes, axes, profil en aluminium, fil à ressort, fil de pêche me fourniront l’essentiel. Le plus difficile est de trouver le bon ressort. Assez souple, pas trop dur, assez fort pour relever les doigts. Un horloger de Vevey, Titzé, m’a donné du ressort de pendulette « qu’il n’utilisera plus ». Pour les dimensions, je me base sur… ma main. Le visage LPC est issu des documents que tout le monde du LPC connait bien, agrandi de façon à obtenir la dimension humaine. Ensuite, la main opérationnelle, je lui ai ajouté un bras avec deux motorisations : élévation et orientation.

La progression du montage est lente ; je ne vais au garage que les weekends s’il ne fait pas trop froid.

Les servomoteurs – c’est en fait la première chose que j’ai achetée – viennent du modélisme. Ils se commandent facilement avec un module Arduino, la plateforme très connue des électroniciens (réf. 4).

Présentation hard courte en PDF

Programmation

Il y a deux programmes. Celui qui gère les mouvements de la main par le module Arduino est écrit en C++ ; il reçoit des ordres simples. Un interpréteur lit les commandes comme : c1 p3, ce qui signifie faire la clef d-p-j et la présenter à la commissure des lèvres. Il gère l’ordre des déplacements des doigts, pour éviter les collisions entre pouce, index et majeur. La clef est posée. Après quelques secondes (programmable…) les moteurs marquent un léger mouvement et sont arrêtés. Il est possible, avec n’importe quel PC et un port USB d’envoyer des ordres pour que la main les exécute séquentiellement.

684 Leonardo alim Low

Les positions sont fixes. Elles sont ajustées pour que l’index tombe visuellement sur les points rouges du visage.

Présentation soft embarqué en PDF

Le second programme est d’une tout autre nature : il s’agit de repérer des phonèmes dans du texte entré par l’utilisateur. Il est écrit en PYTHON, un langage de haut niveau qui permet la programmation objet efficacement. Pour le mettre au point, je me suis basé sur un interpréteur que j’avais fait il y a … 28 ans en BASIC, heureusement assez bien documenté (réf. 5). Le programme prépare le texte en le transformant. Par exemple, « des idées » en « dézidéye ». Il supprime les doublons, la ponctuation, les terminaisons non prononcées comme les ‘s’ au pluriel. Il met tout en majuscule ; les sons ‘é’ et ‘ai’ sont remplacés par ‘@’ et ‘^’.

100 Python_runningVient l’encodage. Une recherche dans le texte transformé par groupe de 3 caractères, puis 2, puis 1 est conduite pour en retirer le son en clef et position. Avec un seul caractère, c’est forcément incomplet. Dans un tel cas, la position par défaut « main ouverte » et/ou « côté » est appliquée pour l’information manquante. Le couple clef-position défini est envoyé à la main robotique – donc au premier programme – par le câble USB pour exécution.

Conclusion

Cette main robotique ne peut pas vous serrer la main, ni vous servir le café. Elle ne peut pas non plus remplacer une codeuse-interprète. Son utilité est autre : démontrer la simplicité du LPC, et en faire une présentation ludique. Visiblement, l’intérêt montré par les apprentis codeurs/codeuses (enfants, parents, grands-parents) à Villars ce printemps l’a démontré.

Les améliorations ? Bien sûr, on peut en faire des tonnes. Premièrement, améliorer l’interpréteur de texte. Ceci demande un niveau de programmation important, au niveau linguistique. Une autre serait de faire un visage avec une bouche animée, qui suivrait aussi les phonèmes. Pour la bonne forme, on pourrait lui adjoindre un processeur vocal qui dirait le son, la clef, la position. Une autre option serait un redesign complet : plus grosse, moins fragile ; ce serait alors un outil de promotion utilisable par tout un chacun.

Yves Masur (5/2015)

Références :

  1. https://www.youtube.com/watch?v=Z70YWNuOB8E Flexy-Hand 3D printed prosthesis
  2. https://www.youtube.com/watch?v=zzMPr9aiaSU Wooden Mechanical Hand
  3. https://www.youtube.com/watch?v=dEHiAItVdiw Large Mechanical Hand
  4. http://microclub.ch/2012/02/19/arduino-un-succes-embarque/
  5. http://microclub.ch/2013/12/27/recuperation-dun-ancien-programme-basic/

 

C'est bien ? Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • email

Articles plus anciens «